Jacques Meyer

CE QU’ON VOIT D’UNE OFFENSIVE

Ce qu’on voit d’une offensive

En librairie : 19 mars 2015.

 

Format : 120 x 200 mm.

Pagination : 96 pages.

Poids : 122 g.

ISBN : 978-2-84990-388-9.

 

  • Disponible
  • — Livraison sous 10 jours ouvrables.1

Livraison gratuite

Bataille de la Somme, 1916.
« Ce que l’on voyait d’une offensive, quand on n’était ni lecteur avide ou commentateur éloquent des journaux à grand tirage, ni spectateur de cinéma, ni correspondant de guerre, ni dans un état-major, mais quand on y participait dans la biffe, simple soldat ou chef de section, c’était si peu de chose ou, suivant les points de vue, tellement de choses au contraire. »

Ce livre, paru en 1918, est un témoignage de premier ordre sur la terrible et très sanglante offensive de la Somme (1916). Il est la reproduction directe, sans retouches, du carnet du lieutenant Jacques Meyer. Dans un style brillant, ce jeune normalien de vingt ans a noté sur le vif, de juin à juillet 1916, ses impressions « avec fidélité, sans outrance ». Il n’y a là « aucune littérature à effets, aucune thèse, aucun lieu commun. Meyer est un observateur dont la vision n’est pas déformée par l’imagination, qui voit hommes et choses dans leur réalité » (Jean-Norton Cru).
Ce petit livre est une protestation contre les idées fausses, les visions glorieuses, épiques de ceux qui vivaient la bataille de loin.

 

Agrégé de philosophie, Jacques Meyer (1895-1987) travailla, après sa démobilisation, dans la banque, la presse. Il participa, en 1935, au lancement de Radio-Cité. Après 1945, il devint  inspecteur de la Radiodiffusion française (RTF). Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur la Première Guerre mondiale, notamment La Biffe (Albin Michel, 1928) et La Vie quotidienne des soldats pendant la Grande Guerre (Hachette, 1966).

Diffusion/distribution : Équateurs/INTERFORUM.